Home > Perspectives > Recruteurs de demain : nus et culottés ! 

Perspectives

by Akoya

Pourtant très structuré, le Talent Acquisition est encore considéré comme un défi pour 74% des organisations. Dans de nombreuses entreprises, c’est encore l’activité qui consomme l’essentiel de la bande passante des équipes RH, que ce soit pour trier de trop nombreux CV d’apprentis chefs de produit, ou pour chasser des profils en pénurie de data scientist et autre développeur full stack.

Mais la manière de recruter a changé depuis le début de la pandémie ; elle s’est fortement digitalisée et doit désormais répondre aux besoins d’une génération désireuse de plus de flexibilité.

Quels sont les nouveaux atouts de votre marque employeur ? Quels outils mettre en place pour séduire les candidats et sortir du lot face aux entreprises concurrentes ?

 

Sommaire

Sortir du lot avec un « totem »

Se différencier en créant un sentiment d’intimité

3 quick wins pour attirer les talents

 

 

Les métiers se transforment constamment et les intitulés de postes changent d’une semaine à l’autre, ce qui ne fait qu’ajouter à la cacophonie ambiante dans laquelle évoluent les recruteurs… même s’ils en sont parfois les complices silencieux ! Les candidats ne leur offrent pas plus de répit : de plus en plus exigeants tant sur le salaire que sur les responsabilités, ils recherchent toujours plus de sens au travail et observent scrupuleusement les pages carrières des entreprises 

Les 6 principaux défis contemporains du recrutement sont bien identifiés par les professionnels RH. Si la crise de la COVID-19 invite les collaborateurs en poste à la prudence, ce qui diminue le nombre de départs et la pression à la hausse sur les salaires, ce ralentissement n’est que temporaire.  

 

 

Coincés sur leur canapé, les collaborateurs ont le temps de s’interroger sur leur vocation et leur parcours, et de ruminer des projets plus ou moins réalistes de nouveau départ (comme remettre l’humain au coeur des transformations de l’entreprise). Ce contexte particulier laisse présager de puissantes vagues de mouvements de travailleurs à moyen-terme. Pour les recruteurs, c’est une opportunité d’attirer les meilleurs talents, qui nécessite toutefois qu’ils réussissent à se démarquer franchement de leurs concurrents 

 

 

Sortir du lot avec un totem  

Les entreprises se livrent une guerre d’attention par campagnes marketing interposées pour attirer les consommateurs. Les équipes RH devront désormais elles aussi livrer leur propre combat pour capter l’attention des candidats. Cette guerre ne peut être gagnée que par une approche radicale et des choix forts, audacieux et visibles. Les RH doivent emprunter les codes et les techniques du marketing pour se dégager au-dessus de la mêlée.  

Les précurseurs ? Vous les connaissez probablement. Ces entreprises dont la marque employeur résonne même davantage que leur marque tout court : encore plus de congés à la BNP, un CV qui claque après un stage chez L’Oréal, le RDV des passionnés de sport chez Decathlon…  

Cette caractéristique unique de leur EVP (employee value proposition) leur permet de se démarquer dans le bruit ambiant. C’est ce qu’on appelle le totem. Il est la partie visible de l’iceberg, une mesure tangible et puissante qui capture et délivre une promesse, un avant-goût de l’expérience employé que vivra le candidat s’il vous rejointSi certaines entreprises, comme celles précédemment citées, ont pu piocher dans des éléments forts de leur culture d’entreprise, d’autres réinventent l’expérience candidat pour faire parler d’elles. Le cabinet d’audit PWC met par exemple ses candidats à l’épreuve avec un escape game visant à démasquer un réseau de faussaires, une manière amusante de faire découvrir le métier d’auditeur et de le valoriserLe programme Women in Technology d’IBM promeut les carrières scientifiques auprès de milliers de lycéennes, se positionnant comme un employeur de choix auprès de cette cible. Netflix a fait sensation en publiant un book interne de 125 pages détaillant sa culture d’entreprise, centrée sur la liberté et la responsabilisation, qui a fait le tour de la Silicon Valley (et au-delà).  

 

Et vous, comment pourriez-vous sortir du lot ? Voici une réflexion à mener en 4 étapes pour identifier le totem de votre entreprise :

 

 

 

Se différencier en créant un sentiment d’intimité

Une autre pratique que les recruteurs doivent emprunter au marketing est celle qui consiste à créer une relation intime entre la marque et son futur client / collaborateur. Dans cette optique, la stratégie du « naked man » rencontre un franc succès, en particulier auprès des jeunes générations et des profils digitaux. Comme son nom l’indique, elle consiste à se mettre à nu devant les candidats. Fini le blabla corporate, les startups et entreprises qui tentent ce pari ouvrent les coulisses de leur organisation aux candidats. A travers les réseaux sociaux, elles donnent à voir la vie en entreprise, les rituels des équipes, les métiers au quotidien. Sur le compte Instagram de Sephora par exemple, on peut voir les équipes préparer les soldes, suivre des formations, célébrer l’ouverture d’une nouvelle boutique.

 

 

Cette transparence est poussée très loin par certaines entreprises, qui vont jusqu’à publier des informations sur les salaires : grilles publiques, fourchettes indiquées sur les offres d’emploi, publication du salaire du CEO… diffuser ces éléments en dit long sur votre culture d’entreprise. En plus de permettre un tri naturel des candidatures, cela stimule la parité homme-femme et l’égalité des chances, en remettant sur un pied d’égalité ceux qui osent négocier et ceux (celles ?) qui n’osent pas le faire.

Une autre manière de créer de l’intimité avec vos cibles est de mettre en avant des témoignages directs de vos collaborateurs. Encouragez-les à s’exprimer sur Glassdoor, participez à des concours ou labellisation reposant sur leurs témoignages, comme Happy@Work. Proposez des belles primes de cooptation et communiquez largement dessus. A condition de prêter attention aux éventuelles dérives comme le copinage et autre népotisme, les conséquences de la cooptation ont été prouvées : jusqu’à 43% de réduction des coûts de recrutement2, l’instauration d’un climat de confiance et un meilleur fit culturel des nouveaux arrivants.

Le secret de la réussite de ces différentes approches, que ce soit montrer les coulisses ou valoriser un totem, peut sembler évident mais il n’est pas toujours appliqué… Il faut aller piocher les ingrédients que vous voulez mettre en avant dans la culture réelle de votre entreprise. Plus c’est authentique, mieux ça marche.

 

Voilà quelques quick wins pour créer un sentiment d’intimité et attirer les meilleurs talents. Et maintenant, à vous de jouer !

mattis accumsan commodo elementum Nullam ante. nunc libero mi, elit. Lorem